La nuit tombe, Maman rêve

ENTRETIEN AVEC CÉCILE DUMOUTIER, LUNA GRANADA & ÈVE GENTILHOMME


Comment vous êtes-vous rencontrées?

Cécile : J’ai d’abord rencontré Luna à travers son travail d’artiste et d’éditrice : de ses livres, de ses gravures émanait un univers doux, d’une poésie étonnante. Et puis, je l’ai rencontrée « pour de vrai »...

et j’ai eu tout de suite beaucoup de plaisir à échanger avec elle. 

Luna : On a très rapidement sympathisé et naturellement l’idée de faire un projet ensemble a germé. Ève, c’était il y a un an, à un marché de créateurs à St-Ouen. On était voisines de stand, ça crée des liens ! 

Ève : J’avais eu un gros coup de cœur pour les livres de La tête ailleurs. Nous sommes restées en contact et, quelques mois plus tard, Luna me proposait d’illustrer cet album jeunesse. 

C : J’ai craqué pour les illustrations d’Ève qui sont oniriques et aussi

« fémiNinistes », comme j’aime

à dire, j’entends par là féminines et féministes à la fois. Nous avons été présentées — qui l’eût cru — en « visio » pendant le confinement et ça a matché ! 

 

Comment et quand est née cette envie de collaborer sur ce projet ?

C : Luna m’avait proposé d’écrire un album « un de ces jours », autour des thèmes abordés dans Road Movie en HLM, un spectacle que j’avais écrit sur une maman solo qui part à la conquête de ses désirs en affrontant ses peurs...

L : Le confinement est arrivé. On s’est lancées dans l’écriture par écran interposé, le livre était en train de naître ! Je gardais Ève dans un coin de ma tête depuis notre rencontre, et son univers correspondait parfaitement à l’histoire que nous étions en train d’écrire. Cécile et moi étions très enthousiastes à l’idée de lui proposer d’illustrer notre texte.

C : J’ai été émue de voir tant de coïncidences dans nos univers, je n’en croyais pas mes yeux ! L’évidence entre nous trois se confirmait. Nous avons beau-coup fonctionné à l’intuition et j’ai trouvé ça très agréable. Nos « territoires de jeu » se ressemblaient assez pour que ça semble facile.

È : J’ai été très touchée par les thématiques évoquées dans

le spectacle de Cécile et j’ai immédiatement voulu faire partie de cette aventure, que j’ai rejointe en mars 2020. La collaboration s’est faite naturellement, ce qui nous a permis de boucler le projet en 4 mois ! 

Ces derniers temps, quelque peu troublés, ont-ils constitué un frein pour ce projet, ou, au contraire, ont-ils été propices à son développement ?

L : Le confinement a été propice à la création. C’était un moment de pause forcée, pas simple à gérer, et le projet La nuit tombe, Maman rêve était comme une respiration dans un quotidien un peu morose. Nos rendez-vous à distance étaient fructueux pour la création, mais c’était aussi agréable et réconfortant de pouvoir échanger sur nos impressions en cette période confinée.

È : De mon côté, j’ai travaillé beaucoup plus vite qu’en temps normal. Avoir l’esprit focus sur le projet m’a permis de m’évader un peu de ce climat anxiogène.

C : Cette période a été selon

moi une incroyable opportunité pour nous d’écrire. Cette sorte de temps suspendu correspondait bien au thème de La nuit tombe, Maman rêve. Écrire la nuit, je trouve que ça a un petit goût d’éternité ; c’est comme si nous avions écrit cette histoire pendant une longue nuit de confinement et que, autorisées à sortir de nouveau, nous l’avions finie au petit matin.

 

Pourquoi était-ce important pour vous d’aborder des thèmes comme la famille monoparentale, la relation mère-enfant, la charge mentale... ?

È : À mon sens, ce sont des problématiques que l’on se doit de représenter davantage : la charge mentale est une réalité pour les femmes et beaucoup d’entre elles élèvent seules leur(s) enfant(s). Si ces représentations apparaissent déjà dans les livres jeunesse, c’est encore mieux !

L : Pour moi, c’est lié à mon vécu de maman ! Avec l’arrivée d’un enfant, on est pris dans une spirale de tâches ménagères, d’organisation, le temps file. Je trouvais intéressant de montrer dans un album jeunesse l’importance de ne pas s’oublier, de faire une pause, de se retrouver.

C : Choisir une maman solo pour personnage principal de l’histoire permet d’illustrer sa    « 2ème journée ». Souvent on se couche tard car il y a à ranger, à laver, à plier avant d’aller se coucher. Finalement, on n’a pas réussi à garder un petit temps pour soi. Mais c'est aussi un album qui cherche à rassurer les enfants qui vivent avec un seul parent : les mamans ont de la ressource pour s'en sortir, le manque d'argent n'empêche pas la richesse intérieure, il y a une vie après la séparation.

 

À travers ce récit, le lecteur est amené à comprendre qu’une femme ne se limite pas uniquement à son rôle de maman. Ce message vous semble-t-il essentiel pour les enfants ?

L & C : Et comment !

È : Oui, c’est un message qui doit être mis en évidence. Il

est important pour l’enfant de dissocier sa maman de la femme qu’elle est.

 

L’espace urbain semble

jouer un rôle important

dans l’histoire. Plus particulièrement, on repère différents clins d’œil à la ville de Saint-Denis. Qu’est-ce qui a motivé ce choix ?

L : Avec Cécile, c’est notre ville !

C : Au-delà de l’hommage évident à Saint-Denis, une ville que Luna et moi aimons dans 

 

toute sa complexité, nous avions sans doute envie de dire toutes les trois qu’en banlieue on rêve aussi, on peut oser rêver grand. On peut sauter du toit d’un HLM au toit de la Basilique et atterrir... sur la

lune !

L : Ancrer une histoire jeunesse en banlieue, dans un milieu modeste, c’est faire un album qui nous ressemble et qui ressemble à de nombreux foyers.

È : Je connais moins bien cette ville de mon côté, je vis et travaille autour de Montreuil. Saint-Denis, c’est la ville où vivent Cécile et Luna, où la maison d’édition est née, je trouvais ça aussi important qu’elles d’y faire quelques clins d’œil dans mes illustrations.

 

Ce n’est pas fréquent de représenter un foyer modeste en littérature jeunesse. Pourquoi avoir voulu le faire ?

L : Cet aspect est très important pour moi. Les milieux populaires sont sous-représentés dans la littérature jeunesse. Ça fait du bien de voir une famille qui habite un petit appartement dans une cité, mais qui se débrouille bien, qui est heureuse et qui ose rêver !

È : C’est une réalité (chez les mamans solos ou non) que l’on ne présente presque jamais nulle part, malheureusement. L’endroit peut être petit et modeste, ça n’empêche pas qu’il soit un cocon douillet, coloré et rempli d’amour.

 Le récit oscille entre réel et onirisme, pourquoi ce parti- pris?

È : Ce flottement entre rêve et réalité était déjà présent dans la narration et c’est aussi une caractéristique de mes créations. Je pense que c’est pour ça qu’elles m’ont choisie !

L : Je crois que c’est ce que nous avons en commun toutes les trois : les pieds dans la réalité, mais la tête... ailleurs !

C : La nuit de la maman est décrite à travers les perceptions et l’imagination de son fils. Le lecteur peut tout se permettre, une fois le petit garçon endormi : est-on dans son rêve à lui, dans la réalité nocturne de sa maman ou dans un monde imaginaire ?

 

Les autres protagonistes sont représentés mi-humains mi- animaux. Pourquoi ?

L : Cette idée est arrivée au moment de story-boarder l’histoire. Cela permettait de mettre un peu plus de flou sur la frontière entre rêve et réalité : les invités de la maman sont-ils juste déguisés ou s’agit-il d’un rêve ?

C : C’est la nuit, c’est le moment pour tous les éléments du rêve de prendre vie et de faire la fête, en mode carnaval...

L : Volontairement avec Cécile, nous avons voulu laisser l’interprétation ouverte pour le lecteur. Mais, en fait, à l’origine de cette idée, il y a une scène de film qui me fascine et à laquelle j’avais envie de faire un petit clin d’œil : dans Judex de Franju, sur une musique de Maurice Jarre, il y a un moment où les personnages, qui sont conviés à une réception, ont tous des masques d’oiseaux impressionnants sur le visage. J’adore ce passage !

È : On a voulu représenter

les autres personnages sans réellement les genrer et les personnifier pour laisser la place à l’imagination du lecteur.

La petite fête organisée par la maman est présentée comme son propre anniversaire. Y a-t-il une raison particulière à cela ?

C : C’est une scène inspirée de mon spectacle, où la maman s’est apprêtée pour trinquer à son anniversaire, avec des amis imaginaires.

L : Elle a le double intérêt de représenter un moment particulièrement festif et de marquer aussi le temps qui passe...

C : Et c’est assez drôle car typiquement ici, le support de l’album permet de rompre la solitude effective de cette femme, en donnant vie à une ambiance festive pleine d’amis, de légèreté et de paillettes !

 

La maman de La nuit tombe, Maman rêve, elle vous ressemble ?

L : Oui, beaucoup ! Je pense que c’est un beau mélange de nous trois !

È : Je ne suis pas maman de mon côté mais je peux me reconnaître dans son aspect rêveur et dans sa capacité à s’échapper de son quotidien.

 

Propos recueillis par

Laura Dicianni & Noémie Lafond